Madagascar:
Un soutien diversifié dans l’un des pays les plus pauvres du monde

Soulager durablement la détresse des gens

Entre destination touristique et lutte pour la survie

Pour les touristes, ce pays situé au large de la côte est de l’Afrique est un paradis naturel unique et une destination touristique bienvenue. Mais la majeure partie de la population de cet état insulaire de l’océan Indien lutte quotidiennement pour sa survie. L’eau propre, les offres de santé ou les possibilités de formation et d’emploi sont inaccessibles pour de nombreux Madagascariens. La faim est une réalité quotidienne, surtout pour les enfants. Les enfants des rues sont nombreux, parfois très jeunes, et il arrive que la peste ou le choléra se déclarent. Les infections par la tuberculose sont également relativement fréquentes et difficiles à traiter avec les moyens disponibles.

En comparaison avec le reste du monde, le pays occupe l’une des dernières places dans la plupart des domaines. Dans le classement du Rapport sur le développement humain, par exemple, Madagascar se trouvait en 2022 à la 173e place sur 191 pays. Même si les conditions de vie se sont lentement améliorées au cours des dernières décennies, la majorité de la population vit à la limite de ses moyens.

Infographie carte de Madagascar

Les pénuries partout où l’on regarde

Chiffres clés sur la situation de la population à Madagascar

« Les conditions de la vie quotidienne m’ont presque durablement perturbée »

Susanna Deichmann, vice-présidente de la fondation DEICHMANN

En fait, je pensais avoir déjà vu beaucoup de détresse et de pauvreté, mais la situation de vie des Madagascariens dans les quartiers pauvres de la capitale Antananarivo et dans les zones rurales m’a presque laissée perplexe. Leur désespoir – pas la moindre perspective d’amélioration de leur situation de détresse ou de redressement économique du pays – dépassait tout ce que j’avais vu jusqu’à présent : aujourd’hui, plus des trois quarts de la population vivent dans une pauvreté extrême.

Madagascar est l’un des pays les plus affamés au monde. Le taux d’alphabétisation n’est que de 65 % et peu de Madagascariens ont accès à l’eau potable.

Aujourd’hui encore, des épidémies de peste se déclarent régulièrement … Tout cela, ce sont des statistiques, des chiffres, des faits. Cela peut paraître banal : il est plus facile de les lire que de voir de ses propres yeux ce qu’ils signifient. En même temps, il existe des régions aux paysages magnifiques. Lorsque l’on survole l’île, les conditions de base pour l’agriculture et le commerce semblent bonnes, mais l’île est de plus en plus touchée par la sécheresse, la vermine et les tempêtes de sable, et la plus grande partie de la forêt vierge a été déboisée. La beauté et la souffrance sont si proches ici qu’il est difficile de les comprendre. Je suis très reconnaissante que la fondation nous permette d’aider de nombreuses personnes dans le pays à améliorer leurs conditions de vie ».

Susanna Deichmann,

membre du conseil d’administration de la fondation DEICHMANN, s’est rendue dans le pays avant le lancement du projet afin de se faire sa propre idée de la situation et du besoin d’aide de la population.

Pourquoi nous nous engageons à Madagascar

Recherche d’un pays pour une intervention plus étendue 

Pour une intervention de plus grande envergure, la fondation a cherché un pays,

  • dans lequel de nombreuses personnes vivent dans des conditions très difficiles,
  • qui n’est pas dans la ligne de mire des grandes organisations de coopération au développement
  • et où la situation sécuritaire est si stable qu’un investissement durable semble réalistement possible.

En 2023, le choix s’est porté sur Madagascar. La fondation DEICHMANN y a identifié des organisations de confiance avec lesquelles elle accompagnera différents projets visant à permettre aux personnes de s’aider rapidement elles-mêmes. « Nous souhaitons nous engager uniquement dans la mesure nécessaire pour que les gens puissent retrouver leur autonomie le plus rapidement possible. Pour cela, nous avons d’excellents partenaires », explique Jakob Adolf, coordinateur de projets de la fondation DEICHMANN, qui a lui-même vécu et travaillé dans le pays de 1997 à 2009.

Partenaires pour la mise en œuvre

Eau et santé

Pour que les puits fournissent à nouveau de l’eau potable

Sur une bande de plus de 1000 kilomètres de la côte est, des centaines de puits sont défectueux. Avec un partenaire, la fondation va restaurer de nombreuses installations et faire en sorte qu’elles fournissent de l’eau propre pendant au moins 15 ans. Un effet supplémentaire important en termes de durabilité : les gens auront alors besoin de beaucoup moins de bois de chauffage pour faire bouillir l’eau.

Ce projet contribue ainsi à réduire considérablement les émissions de carbone dues à la combustion. En outre, le risque que des personnes tombent malades en buvant de l’eau contaminée diminue. Aujourd’hui, l’eau potable contaminée par des bactéries provoque dans de nombreux cas – en particulier chez les enfants – diverses maladies potentiellement mortelles.

Le partenaire

Sanitap soutient les communautés menacées par le changement climatique. L’entreprise sociale les aide à développer leur résilience, à sauver des vies et à protéger l’environnement. Les solutions proposées par sanitap couvrent les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH).

Pour que les malades soient soignés

Dans les régions rurales de Madagascar, il est extrêmement difficile d’atteindre un médecin. Souvent, il lui manque aussi l’équipement nécessaire pour des thérapies adéquates. Avec un troisième partenaire, la fondation s’attaque à ce problème dans les régions loin de la capitale du pays : deux véhicules tout-terrain reçoivent du matériel pour des cliniques mobiles. Ils sont rapidement montés sur le lieu d’intervention.

Les partenaires coordonnent les interventions et assurent la formation et le perfectionnement du personnel médical spécialisé qui travaille bénévolement. Ce sont des médecins qui vivent dans le pays et qui connaissent parfaitement les gens, leurs maladies et les méthodes de traitement fiables.

Les partenaires

HoverAid est une organisation humanitaire européenne qui opère à Madagascar. Outre des véhicules à moteur tout-terrain, HoverAid utilise des aéroglisseurs pour atteindre les communautés isolées qui ne peuvent guère être atteintes par d’autres moyens. Dans le cadre du projet, elle assume des tâches de coordination et met à disposition le personnel non médical qui se déplace avec les cliniques.
L’Aide mobile Madagascar est une organisation humanitaire qui propose différents services médicaux à Madagascar. Dans le cadre du projet, elle assure la formation initiale et continue du personnel médical.
MAF (Mission Aviation Fellowship) offre des services de transport aérien aux sociétés missionnaires, aux églises et aux organisations humanitaires – entre autres à Madagascar. Dans le projet des cliniques mobiles, elle soutient le transport de personnes et de matériel.

Contact

DEICHMANN-Stiftung
Deichmannweg 9
Allemagne 45359 Essen

Tél.: +49 201 8676-15222
E-mail: stiftung@deichmann.com

Coordonnées bancaires pour les dons

Deutsche Bank Essen
IBAN DE68 3607 0050 0301 1590 01
BIC:   DEUTDEDEXXX

Votre don est déductible des impôts. Chaque euro donné parvient aux personnes dans le besoin, car tous les frais d'administration et de relations publiques sont couverts par un don spécial de la fondation DEICHMANN.

Responsabilité

Par notre travail, nous contribuons continuellement à la réalisation des objectifs de développement durable de l'Agenda 2030, qui a fait l'objet d'une concertation mondiale.
© Fondation DEICHMANN – Engagé dans le monde entier
Mentions légales | Protection des données